wein.plus
Attention
Vous utilisez un ancien navigateur qui peut ne pas fonctionner comme prévu. Pour une meilleure expérience de navigation, plus sûre, veuillez mettre à jour votre navigateur.

Se connecter Devenez membre

Château Lafite-Rothschild

France Bordeaux

Domaine viticole
Nom: Château Lafite-Rothschild
Region de production: Bordeaux
Créer un nouveau signet pour les vins de Château Lafite-Rothschild. Vous verrez alors ses vins apparaître sur votre page d'accueil personnelle de Critiques de vins.
Pour une classification de ce vignoble, nous manquons actuellement d'échantillons récents suffisants.
Le célèbre domaine viticole est situé au nord de la commune Pauillac, dans la région française Haut-MédocBordeaux). Le Château Mouton-Rothschild est situé juste à côté. Une première mention écrite dat...

Le célèbre domaine viticole est situé au nord de la commune de Pauillac, dans la région française du Haut-Médoc(Bordeaux). Le Château Mouton-Rothschild est situé juste à côté. Une première mention écrite date de 1234, où il est fait mention d'un Gombaud de Lafite, abbé du monastère de Vertheuil au nord de Pauillac. Depuis le 14e siècle, Lafite est enregistré comme fief. Le nom "Lafite" est probablement dérivé du gascon "la hite", qui signifie "petite montagne" ou "colline". Il s'agit d'une référence claire à la douce élévation sur laquelle se trouvent les bâtiments du domaine. Au milieu du 16ème siècle, le domaine appartenait au noble Joseph Saubat de Pommiers. Après sa mort, sa veuve Jeanne de Gasq épousa en 1670 le notaire Jacques de Ségur (+1691), issu de la célèbre famille noble, et apporta Lafite en dot. A cette époque, il y avait déjà quelques vignes, mais ce n'est qu'entre 1670 et 1680 que des vignobles ont été plantés à plus grande échelle. Une parcelle de terre appelée "Clos de Mouton" a ensuite donné naissance au Château Mouton-Rothschild. En 1695, son fils Alexandre de Ségur prend pour épouse Marie-Thérèse de Clauzel, héritière du Château Latour. A cette date, la propriété compte donc trois des quatre premiers crus classés en 1855.

Château Lafite-Rothschild - Weingutsgebäude

Les premiers succès

L'existence d'un domaine viticole productif est attestée au moins depuis 1707, puisqu'une bouteille de ce millésime a été retrouvée. Grâce à des techniques viticoles fortement améliorées, les premiers succès sont apparus à partir des années 1720. Le vin de Lafite a été commercialisé à l'étranger (surtout en Angleterre). Il était également apprécié par le premier ministre anglais Sir Robert Walpole (1676-1745) qui, entre 1732 et 1733, commandait tous les trois mois un tonneau de Lafite (de 225 litres). Ce n'est que plus tard qu'il s'est fait connaître à Versailles, à la cour royale. Il existe une belle histoire sur la manière dont cela s'est produit. Un médecin prescrivit au maréchal de Richelieu (1696-1788) le vin comme " le meilleur et le plus agréable des fortifiants". Après un long voyage du maréchal, le roi Louis XV (1710-1774) remarqua à son retour que Richelieu " paraissait plus jeune de 25 ans qu'avant son départ". Celui-ci remarqua: " J'ai trouvé la fameuse fontaine de jouvence. Le vin du Château Lafite est un noble fortifiant, délicieux et comparable à l'ambroisie des dieux de l'Olympe". La maîtresse du roi, Madame Pompadour (1721-1764), servait le vin Lafite lors de ses dîners intimes. Et son successeur, Madame du Barry (1743-1793), préférait également ce vin.

Visite de Thomas Jefferson

Après sa mort en 1755, les biens du marquis Ségur furent partagés entre ses quatre filles, ce qui permit de séparer Lafite et Latour, mais de les gérer ensemble jusqu'en 1785. Lafite revint au comte Nicolas Marie Alexandre de Ségur, le fils de la fille aînée du marquis. Celui-ci le vendit en 1784 à son parent Nicolas Pierre de Pichard (+1794), premier président du Parlement de Bordeaux. Peu après, le domaine fut qualifié dans un essai de "plus beau vignoble de l'univers". À cette époque, le futur président américain Thomas Jefferson (1743-1826) était ambassadeur de son pays en France et recueillait entre autres des informations sur Château Lafite. Enfin, le règne de la famille Ségur sur le domaine prit fin avec l'exécution par guillotine de Nicolas Pierre de Pichard par jugement du régime révolutionnaire le 30 juin 1794.

Découverte de vieux millésimes

Au printemps 1985, le manager d'artistes Hardy Rodenstock (1941-2018) a reçu, selon ses propres dires, un appel téléphonique concernant la découverte de 12 très vieux millésimes de vins raffinés. Ceux-ci avaient été trouvés emmurés dans le mur d'une cave à Paris. Il s'agissait de vins des prestigieux domaines français Château Lafite-Rothschild, Château Mouton-Rothschild et Château d'Yquem des années 1784 et 1787 provenant de la succession de Thomas Jefferson. En 1988, le milliardaire américain William Koch (né en 1940) a acheté à la maison de vente aux enchères américaine Chicago Wine Company quatre bouteilles de Château Lafite-Rothschild et de Château Mouton-Rothschild des millésimes 1784 et 1787, dont des bouteilles provenant de cette découverte de cave. Koch les a fait expertiser par des collaborateurs de la Thomas-Jefferson-Foundation à Monticello (Virginie). Ceux-ci ont émis des doutes quant à l'authenticité des bouteilles. C'est ainsi que commença une longue histoire d'accusations de contrefaçon et de procès. Jusqu'à aujourd'hui, les faits n'ont cependant pas pu être établis à 100% sans aucun doute (voir en détail sous Hardy Rodenstock).

Kellerfund mit Lafite-Weinen

Classement de Bordeaux en 1855

La propriété fut vendue aux enchères et acquise par le citoyen hollandais Jean de Witt, qui ne la conserva que peu de temps. Par la suite, il y eut un changement constant de propriétaire, les propriétaires à partir de 1800 étant le baron Jean Arend de Vos Van Steenvwyck, Othon Guillaume Jean Berg, Jean Goll de Franckenstein, Madame Barbe-Rosalie Lemaire (à partir de 1818) et le banquier Aimé-Eugène Vanlerberghe (à partir de 1821). Ce dernier n'apparaissait toutefois pas officiellement pour des raisons fiscales, mais c'est le banquier Samuel Scott qui apparaît à l'extérieur. C'est à cette époque qu'a lieu le fameux classement de Bordeaux en 1855, au cours duquel le domaine est l'un des quatre seuls à l'époque à être anobli en tant que "premier cru". Dans le classement absolu (non officiel), il se trouvait même en tête et était considéré comme "le meilleur terroir du Médoc, produisant le meilleur vin de la région bordelaise". Son "éternel rival", le Château Mouton-Rothschild, n'obtenait alors que le deuxième rang "Deuxième Cru".

Achat par James de Rothschild

En 1868, dans le cadre de la succession d'Ignace-Joseph Vanlerberghe, la vente aux enchères du Château Lafite est annoncée. Mais lors de la première date, le 20 juillet, aucune offre n'a été faite. La deuxième vente eut alors lieu le 8 août, l'enchère initiale était de 3,25 millions de francs, y compris le vignoble de Carruades. L'adjudication fut remportée par l'enchérisseur mandaté par le banquier parisien James de Rothschild (1792-1868) pour la somme de 4,8 millions de francs TTC. James était l'un des cinq fils de Mayer Amschel Rothschild (1744-1812), le fondateur de la dynastie Rothschild, et a fondé la principale lignée française. D'ailleurs, son gendre et neveu Nathaniel de Rothschild (1812-1870), qui travaillait déjà depuis 1850 dans la banque de son beau-père à Paris, avait déjà acquis le Château Mouton-Rothschild 15 ans auparavant, en 1853 (il aurait également enchéri par personne interposée lors de la vente aux enchères du Château Lafite). La banque Rothschild à Paris résidait dans la "rue Laffitte" - et c'était, selon la légende, l'une des raisons de l'achat.

Château Lafite-Rothschild - 3 Porträts und Flaschenetikett

James de Rothschild s'intéressait depuis longtemps à ce domaine. Une première tentative d'achat avait déjà eu lieu en 1830, mais elle avait été refusée par le (prétendu) propriétaire de l'époque, Samuel Scott. Trente-huit ans plus tard, l'affaire était enfin conclue. Le nouveau propriétaire ajouta son propre nom et nomma l'entreprise "Château Lafite-Rothschild". Il est mort trois mois plus tard et n'aurait pas vu le domaine une seule fois. Ses trois fils Alphonse, Gustave et Edmond Rothschild (1845-1934) lui succédèrent. Ce dernier a relancé la viticulture en Israël avec 60 millions de francs or en 1882. A partir du dernier tiers du 19e siècle, une série de catastrophes moyennes à grandes se sont produites. Cela a commencé avec le phylloxéra, s'est poursuivi presque sans interruption avec le mildiou, puis la fraude organisée avec les faux vins de Lafite, la Première Guerre mondiale de 1914 à 1918 et la grande crise économique mondiale des années 1930.

Occupation par les troupes allemandes

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la région du Médoc a été occupée par les troupes allemandes en 1940. Entre autres, les deux propriétés Rothschild furent placées sous administration publique. A la fin de la guerre, la famille Edmond chargea son petit-fils Elie Robert de Rothschild (1917-2007) de les diriger. Celui-ci engagea le professeur Émile Peynaud (1912-2004), célèbre œnologue, comme conseiller. La reconstruction du domaine délabré se poursuivit à un rythme soutenu. Pour la première fois en 80 ans, depuis que le domaine appartenait aux Rothschild, un dividende fut versé aux actionnaires en 1948. Le baron Elie a été l'un des principaux acteurs de la difficile reconstruction du marché. Il participa en tant que membre aux dégustations de Londres et fut l'un des membres fondateurs de la "Commanderie du Bontemps du Médoc" (confrérie du vin) en 1950. En 1953, il attisa le "conflit éternel" entre Mouton et Lafite en proposant d'exclure Mouton de "l'association des cinq" (les quatre premiers crus de l'époque et Mouton), car ce n'était pas un premier cru.

Beaucoup de nouveautés

Le millésime 1955 fut un très grand vin, mais l'année suivante, 1956, comme pour beaucoup d'autres vignobles bordelais, marqua à nouveau un énorme revers en raison d'un gel extrême allant jusqu'à moins 35 °Celsius. Mais l'essor ne pouvait plus être stoppé. En 1975, Elie a transmis la direction à son neveu Eric de Rothschild (*1940). Celui-ci donna une nouvelle impulsion et renouvela peu à peu toute l'équipe technique. De nouvelles plantations sont effectuées dans les vignobles, des engrais améliorés et des méthodes de protection phytosanitaire sophistiquées sont introduits. Une nouvelle cave circulaire a été construite par le célèbre architecte Ricardo Bofill. En 1994, Charles Chevallier a été nommé maître de chai. L'entreprise familiale "Domaines Barons de Rothschild" (DBR) s'est considérablement développée grâce à l'acquisition de plusieurs domaines viticoles en Suisse et à l'étranger. Le domaine chilien Los Vascos dans la région de Colchagua en fait partie.

Vignobles

Le vignoble couvre environ 100 hectares de vignes, répartis localement en trois grandes zones. Il s'agit des vignobles autour du château lui-même, de ceux près de Carruades et d'une petite partie à St Estèphe. Par une autorisation spéciale, les vins de St. Estèphe sont également considérés comme des vins de Pauillac. Le vignoble est planté de cabernet sauvignon (71%), de merlot (25%), de cabernet franc (3%) et de petit verdot (1%). L'âge moyen des vignes est de 40 ans. Toutes les vignes plus jeunes, de moins de dix ans, ne sont pas utilisées pour le Grand Vin. Le premier secret de la qualité exceptionnelle est le sol, des bancs de gravier profonds sur des roches calcaires. D'autres éléments importants sont l'âge des vignes, la limitation du rendement à 40-45 hectolitres par hectare, la date des vendanges qui varie selon les cépages, une sélection rigoureuse des raisins, un égrappage prudent, une température de fermentation ne dépassant pas 30 °C et des remontages pour extraire les matières colorantes. Après la fermentation, chaque barrique est contrôlée et dégustée et seules les meilleures sont utilisées pour le premier vin. La deuxième qualité va dans le deuxième vin et la troisième dans la ligne DBR-Collection à prix avantageux.

Vins (premier vin, second vin, DBR Collection)

La cuvée habituelle pour le premier vin est le cabernet sauvignon (80-95%), le merlot (5-20%), ainsi que le cabernet franc et le petit verdot (0-3%). Le millésime 1961 a été vinifié à partir de 100% de cabernet sauvignon. Le vin vieillit 18 à 20 mois dans des barriques 100% neuves. Les fûts sont fabriqués dans la tonnellerie du domaine. Les fûts sont constamment remplis pour compenser le retrait, puis transvasés deux à trois fois dans des fûts propres et collés avec du blanc d'œuf battu. Après l'élevage, six fûts sont placés dans un récipient afin d'obtenir, grâce à cette égalisation, de plus grandes quantités de qualités homogènes. Le vin rouge a un bouquet d'amandes et de violettes. Entre 15.000 et 20.000 caisses sont produites chaque année. Le second vin s'appelle "Carruades de Lafite" (anciennement "Moulin des Carruades") et tire son nom d'un vignoble âprement disputé entre les domaines Lafite et Mouton vers 1845 (voir à ce sujet sous Rothschild). Il a une plus grande proportion de merlot et vieillit pendant 18 mois dans 15% de barriques neuves. Entre 20.000 et 30.000 caisses sont produites chaque année. Depuis 1995, la ligne économique "DBR Collection" est commercialisée à côté des vins haut de gamme. Ce groupe, étiqueté "Réserves des Barons", comprend quatre vins: Bordeaux rouge, Bordeaux blanc, Médoc et Pauillac.

Aujourd'hui encore, le Château Lafite-Rothschild est l'un des meilleurs et des plus chers vins rouges du monde, et ce depuis des siècles avec une constance presque incroyable. Lors d'une dégustation, 36 millésimes différents ont été goûtés et comparés jusqu'en 1799. Le résultat surprenant était la qualité constante des vins sur une période de plus de 150 ans. Deux millésimes de la maison comptent parmi les vins les plus chers du monde. Pendant longtemps, le record a été détenu par un millésime 1787, vendu 160 000 $ (105 000 £) lors d'une vente aux enchères de Christie' s en 1985. La bouteille, qui provenait de la succession de Thomas Jefferson (1743-1826), a été vendue à l'éditeur américain Malcolm Forbes (1919-1990). En novembre 2010, le record a été battu. La maison de vente aux enchères Sotheby's Hong Kong a vendu en novembre 2010 trois bouteilles du millésime 1869 pour 1,8 million de dollars de Hong Kong chacune. Cela correspond à un montant incroyable de 232 692 dollars américains.

Millésimes exceptionnels

Les millésimes exceptionnels du Château Lafite-Rothschild de l'époque ancienne sont par exemple 1847, 1848, 1858, 1864, 1869, 1870 (!), 1876, 1899, 1900, 1906, 1926 et 1929. Plus récemment, il s'agit des millésimes 1945, 1947, 1949, 1955, 1959, 1960, 1961, 1975, 1976, 1979, 1982 (100 points de Robert Parker), 1985, 1986 (100 PP), 1988, 1989, 1990 (100 PP), 1994, 1995, 1996 (100 PP), 1997, 1998, 1999, 2000 (100 PP), 2002, 2003 et 2005. Les crescences à partir des années 1980, en particulier, n'ont parfois pas encore atteint leur apogée. Ce sont, comme on l'a dit, des "vins pour les héritiers".

Château Lafite-Rothschild: par Ken Case - Œuvre personnelle, domaine public, lien
Mayer Amschel Rothschild: Par Elbert Hubbard, domaine public, lien
James de Rothschild: Par Elbert Hubbard, Domaine public, lien
Nathaniel de Rothschild: Par Maull & Polyblank, Domaine public, lien
Bouteilles: Dernière Bouteille

Château Lafite-Rothschild Région: France Bordeaux
Dans cette section, vous trouverez
En ce moment 157,136 vins et 24,527 Producers, incluant 2,597 producteurs classés.
Système de notation Find+Buy Echantillons de vins Calendrier éditorial

EVENEMENTS PROCHES DE VOUS